La page coups de coeur des adhérents

Alain a rejoint le club deux mois après sa création en 2002.

Sa 2 CV 6 achetée en 2000 au garde champêtre de Vernou-en-Sologne a eu droit récemment à une remise en beauté. Alain compte plusieurs Nationales et deux Mondiales à son actif, sans compter toutes les rencontres deuchistes.

Discret mais fidèle, Alain s’est bien impliqué dans l’organisation de la Nationale puis de la Mondiale de Salbris comme responsable touristique où il avait en charge d'organiser des circuits et visites de musées : un très gros travail de recherches et de mise en place des tracés, de relationnel avec les musées pour obtenir des prix, et avec les offices de tourisme. Un poste important pour la Région, et si peu de connaissance de l'organisation.  Il a également tracé avec Robert la plupart des circuits de nos rencontres annuelles.

Les choses de la vie font qu'Alain a dû se séparer de sa berline AMI 8, revendue a une personne du club, et de sa 2 CV fourgonnette qu’il m’a offerte ; Titi, sa 2cv 6, reste donc la seule et Alain a décidé de sans occuper comme il faut. Elle a eu le droit à un nouveau châssis d'AMI 8 et à un restylage suite à une rencontre avec un gibier. Aujourd’hui elle sert plus aux petites balades, à aller chercher le pain et aux petites courses.

On espère bien la revoir plus souvent et pourquoi pas bientôt à Pruniers-en-Sologne pour notre rencontre puisque Alain va nous préparer un parcours.

 

 

Martine et sa Charleston série limitée.  

Son père possédait une 2 CV postale en 1986 qu'il lui avait été prêtée pour transporter sa première machine à laver ; sa meilleure amie Barisienne de Bar-leDuc dans la Meuse avec une deuche verte à cette époque et Martine une 104.

S’en est suivi un intérêt pour cette petite voiture. Après avoir possédé une AX et enfin une AZAM de 1963 puis une Dyane, ce qui lui permit de rencontrer le club au tout début de sa création par l’intermédiaire de Fred, président à cette époque.

La Charleston arrive en octobre 2004, une des premières séries limitées que Citroën commercialisera avant la grande série de production. Elle n’est pas d’une fraîcheur remarquable et subit des réparations constantes comme le changement de châssis récupéré sur la dyane, un moteur refait par Jean-Charles ainsi que  les freins.  Aujourd’hui elle roule sans problème, mais Martine passe toujours régulièrement au local pour faire une visite et regonfler les pneus ou plutôt vérifier s'il y a assez de pression, elle a sûrement la nostalgie de la panne depuis la remise en état mécanique de cette Charleston ! La carrosserie est dans son jus ce qui lui fait un vécu pas désagréable.

Martine s’est impliquée également pour la Nationale et la Mondiale en prenant un poste à l’accueil et participe à toutes les réunions mensuelles.

 

 

LA BELLE BRETONNE...

Nous avions déjà eu une voiture ancienne, une 403 mais nous l’avons revendue faute de temps pour s’en occuper. Depuis quelques années, l’idée d’avoir à nouveau une voiture ancienne refaisait surface de temps en temps, sans se concrétiser. Mais courant 2018, suite à un important problème mécanique, une de nos voitures d’usage courant est allée finir sa vie dans le broyeur d’une entreprise de recyclage. Un drapeau breton autocollant fait sur mesure recouvrait la totalité du capot de cette voiture.  C’était le moment de passer à autre chose… Pourquoi pas une voiture ancienne repeinte aux couleurs de la Bretagne? Oui, mais laquelle? Une Juvaquattre, une 203, une 4L, une Coccinelle, une Fiat 500 ou peut-être une 2 CV ? Après réflexion, nous décidons que ce sera une 2 CV, car chacun de nous en a déjà eu une dans sa famille et encore aujourd’hui cette voiture ne laisse personne indifférent. Quelques jours de recherche plus tard, nous en repérons une sur Internet d’une couleur qui correspond à peu près à notre projet, elle semble en bon état. Nous faisons le déplacement dans l’Aisne pour voir cette 2 CV et après l’avoir examinée et essayée nous décidons de l’acquérir. Suite à l’expérience de la 403, nous souhaitions ne pas rester seuls avec notre voiture dans notre campagne beauceronne et décidons d'adhérer à un club de deuchistes. La consultation du site le club des 2 CV de Sologne retient tout de suite notre attention, et le premier contact téléphonique finit de nous convaincre d'adhérer à ce club.

Le  projet de peinture évolue petit à petit en collaboration avec M. Niquet, carrossier peintre à Chissay-en- Touraine, qui la réalisera à l'aérographe. Début février, notre 2 CV part se faire repeindre et nous faisons entièrement confiance au carrossier peintre en lui disant que nous ne voulons revoir la voiture que quand sa peinture sera terminée. Début mars, quand nous la récupérons, notre projet est réalisé au-delà de nos espérances. Le rendu de la peinture est magnifique et nous en sommes très satisfaits. La Belle 2 CV personnalisée va maintenant régulièrement pouvoir retrouver les copines de son âge (ou presque) lors des nombreuses sorties organisées par le club des 2cv de Sologne ou proposés par ses membres. Et bien sûr, aussi souvent que possible, nous serons accompagnés d'Obélix, notre petit chien qui lui aussi porte fièrement et naturellement les couleurs de la Bretagne. Par contre, il n'est pas sûr que nous soyons toujours vêtus de nos tenues bretonnes… Kenavo...

Loïc, Martine et son inséparable Obélix

 

 

 

UNE DEUCHE FAÇON DOLLY

Claude, un des piliers du bureau, responsable de l'achat des pièces neuves, et Anne-Marie, co-responsable de la cuisine lors de nos manifestations, nous présentent leur toute nouvelle 2 CV. En regardant de plus près dans mon bazar, il y a un an environ, j’ai constaté qu’il y avait de quoi construire une 2CV. Une carte grise avec ses plaques et un bon châssis d’un côté et de l’autre une caisse un peu mûre mais sauvable. Dans un autre coin, un moteur à refaire mais quasi complet en assez bon état avec un carburateur que j’avais refait et qui trainait là, un alternateur qui demandait un changement de charbons, un allumage électronique DG Nition à courbe réglable et neuf qui dormait sur le moteur de Visa inutilisé, une boite de vitesse à freins tambour saine avec mâchoires de freins neuves, un jeu de cardans comme neufs, un essieu avant refait, des armatures de sièges à repeindre mais bonnes, et tout le tralala. Cette restauration était d’autant plus nécessaire pour moi que je n’avais aucune Deuche à quatre places : le cabrio Hoffmann, très sympa n’en avait que deux, tout comme l’Acadiane. Alors, pour emmener les petits enfants, une 4 places s’imposait ! Le traitement du châssis a demandé quelques heures quand même tout comme son habillage avec les trains avant et arrière. J‘ai aussi refait le circuit de freinage à neuf, tubulures, cylindres et maître-cylindre, les roulements de roue et de bras.  Il a aussi fallu récupérer un certain nombre

de pièces, du genre pédalier, portière avant, et divers accessoires que j‘ai achetés au club ou en bourse. Le plus gros du travail aura été de refaire la caisse. Pour correcte qu’elle paraissait au départ, elle s’est avérée bien  plus atteinte que prévue. Et comme j’ai horreur de la tôle rouillée, j‘ai découpé tout ce qui était oxydé ou perforé. Bref, un bon tiers de la tôle a été retiré et refait : planchers latéraux, plancher de pédales, bas de caisse, triangles avant, fond de coffre, jupe  arrière et j‘en passe.  Côté électricité, j’avais aussi une bonne partie des pièces comme un faisceau neuf acheté …60 euros un jour sur une bourse ! J’ai mis des optiques neuves pour la sécurité, un régulateur de tension électronique neuf, etc.